Précédent | Suivant | Jouer

Le site est actuellement en maintenance, nous faisons tout notre possible pour qu'il redevienne complètement fonctionnel rapidement.

Fiches de films - Informations

Film suivant (Cent mille dollars au soleil) (Casse (Le)) Film précédent

Le cave se rebiffe

/ 10 (Moyenne : 10 / 10 pour 4 notes)
Affiche
Caractéristiques
Titre original : Le cave se rebiffe
Réalisateur : Gilles Grangier
Année de production : 1961
Genre : Polar humouristique
Durée : 1h 38mn
Synopsis

Histoire jubilatoire de faux-monayeurs. Inspirée d'un roman d'Albert Simonin. Charles Lepicard, Maître Lucas Malvoisin et Éric Masson veulent monter une affaire de "fausse mornifle". Eric pense avoir à sa pogne "un graveur" hors pair, celui d'un certain Mandarès, Robert Mideau, le « Cave », c'est-à-dire dans le langage des truands, un être ordinaire, crédule et ignorant des pratiques et des codes du « milieu ».

Mais l'affaire ne devient possible qu'avec le concours de Ferdinand Maréchal alias "Le Dabe", ancien faux-monnayeur de haute volée. Retiré à Caracas où il élève des chevaux après une dernière affaire ratée, il reçoit la visite de Charles qui lui propose un dernier coup d'anthologie sur le Florin. Le Dabe, d'abord réticent, accepte de s'occuper de l'affaire et revient à Paris après 15 ans d'absence.

Personnages

Ferdinand Maréchal (Jean Gabin) : "Le dabe = le vieux".

Charles Lepicard (Bernard Blier)

Solange Mideau (Martine Carol) : L'épouse du cave.

Eric Masson (Franck Villard) : Le grand con.

Robert Mideau (Maurice Biraud) : Le cave, graveur.

Lucas Malvoisin (Antoine Balpêtré)

Léa Lepicard (Ginette Leclerc) : Epouse de Charles

Mme Pauline (Françoise Rosay)

Commissaire Rémy (Albert Dinan)

Avis personnel

Au point de vue "argot" c'est le film number one en France; si vous n'entravez pas l'arguemuche, ce fim perdra pour vous 50% de sa saveur. De ce point de vue-là, il est loin devant "Les tontons flingueurs". Michel Audiard cartonne un max, et Gabin et Blier sont dans une forme éblouissante. Plus qu'un régal pour les yeux, c'est un nirvana pour les oreilles...